Makhi Xenakis

Exposition Correspondances avec Louise

Espace des femmes-Antoinette Fouque, 1er-30 juin 2018

Sculptrice, dessinatrice et auteure, Mâkhi Xenakis vit et travaille à Paris. Fille de deux grands créateurs, un père musicien et une mère écrivaine qui semblent s’opposer à sa vocation d’artiste, elle a étudié à l’Ecole spéciale d’architecture sous la direction de Paul Virilio. Découverte par le metteur en scène Claude Régy, elle a commencé son parcours de plasticienne en créant des décors et des costumes de théâtre. Elle s’oriente ensuite vers son désir profond, la peinture et la sculpture ; sa première exposition de peinture a lieu en 1983, à la galerie Caroline Corre. Aujourd’hui, ses oeuvres se trouvent dans des collections particulières (Florence et Daniel Guerlain, Antoine de Galbert…), ainsi que dans des collections publiques et des musées (Centre Pompidou, Manufacture des Gobelins, Manufacture de Sèvres, FNAC…).

En 1987, grâce à une Bourse Villa Médicis hors les murs pour la peinture, elle s’installe à New York pour plusieurs années. Elle y rencontre Louise Bourgeois et les deux femmes nouent une amitié forte et prolongée. L’aînée, déjà internationalement reconnue et que Mâkhi Xenakis considère comme « l’artiste vivante la plus importante de l’art contemporain », encourage la jeune femme, aux prises avec de grandes angoisses dans sa création comme dans ses liens familiaux. Elle l’aide à penser ensemble création et procréation, au lieu de les opposer.

Ce lien fusionnel et enrichissant durera vingt ans, jusqu’au départ de Louise Bourgeois. Mâkhi Xenakis le raconte dans le livre qui vient de paraître, Louise, Sauvez-moi! (Actes Sud, 2018).

Sous le titre Correspondances avec Louise, elle en fait également l’objet d’une exposition à la galerie de l’Espace des femmes - Antoinette Fouque. Pour illustrer l’évolution de leur amitié, inséparable de celle de leur travail, lié souvent à la condition féminine, elle met en relation des sculptures et dessins qu’elle a signés avec des oeuvres de la franco-américaine, montrées exceptionnellement. Le dialogue de deux grandes créatrices nous est ainsi ouvert.

La galerie de l’Espace des femmes-Antoinette Fouque est heureuse d’accueillir une nouvelle fois Mâkhi Xenakis, après sa grande exposition Elles nous regardent (2010), qui comprenait notamment ses sculptures « Les folles d’enfer », représentant les milliers de femmes enfermées à la Salpêtrière au cours de plusieurs siècles.

.

 

Espace des femmes, 35 Rue Jacob, 75006 Paris