Romain Sarrot

Les oeuvres de Romain Sarrot prennent toutes pour point de départ des formes et des objets familiers, quotidiens, des topoi qu’il examine et déconstruit à l’aune de ses recherches sur leur sémantique et leur technique.

Autodidacte, sa pratique a débuté par une volonté de mener les expérimentations les plus poussées sur les matériaux et leurs possibilités. Un apprentissage empirique mais rigoureux des techniques les plus traditionnelles, développées au regard de procédés modernes : dorures sur résines polyuréthanes, lavis et pointillisme au silicone ou encore moulages de mousses expansives.

Ainsi ces matériaux industriels lui permettent de créer à la main des répliques uniques, détournées et étranges de ces objets du quotidien eux-mêmes initialement usinés. « Cette interrogation sur le sens ou l’absence de sens est au coeur de ma pratique ». Il détourne et modifie ces objets si profondément inscrits dans nos imaginaires, il extrapole leurs paradoxes, et cherche à rendre visible la multiplicité des interprétations. L’objectif est de susciter chez le spectateur un sentiment de décalage, une inquiétante étrangeté ainsi que la qualifiait Freud. Elle trouble son regard : les casques enfantins deviennent guerriers, les brioches dévorantes, les constellations se font ecchymoses et la peau humaine et sensuelle prend alors la forme d’un objet.

Il utilise des moyens aussi diverses que le changement d’échelle, l’accrochage insolite qui ouvrent de nouvelles perspectives sur ces icônes souvent liées au monde de l’enfance, du souvenir.

 

 

Robert Clergerie, 5 Rue du Cherche-Midi 75006 PARIS