Ange Leccia

  • © Ange Leccia, vidéo, 2015

    © Ange Leccia, vidéo, 2015
    34590884035_2f5c10bf2b_b

  • © Ange Leccia, vidéo, 2015

    © Ange Leccia, vidéo, 2015
    34429002002_ee6942d99c_b

  • © Ange Leccia, vidéo, 2015

    © Ange Leccia, vidéo, 2015
    34428999372_9792b1f27b_b

  • Ange Leccia x Le Café de Flore, Parcours Saint Germain 2017 © E. Le Gars / Bonnie Montmartre

    Ange Leccia x Le Café de Flore, Parcours Saint Germain 2017 © E. Le Gars / Bonnie Montmartre
    35179421830_ab98b1d451_b

Né en 1952 à Minerviu en Corse

Vit et travaille à Paris et en Corse.

Après des études d’arts plastiques, Ange Leccia s’engage dans une double activité de plasticien et de cinéaste, et initie ses recherches en tant que pensionnaire à l’Académie de France à Rome. Ancien résident de la Villa Kujoyama à Kyoto au Japon.

On a pu voir son travail, entre autres, au Musée d’art moderne de la ville de Paris, au Centre Georges Pompidou (Paris), au Musée Guggenheim de New-York, à la Documenta de Kassel, au Skulptur Projekte de Münster, à la Biennale de Venise, etc…

En 2013, le MAC/VAL lui a consacré une exposition monographique, ainsi que le Palais de Tokyo en 2014, et le HAB à Nantes durant l’été 2016.

Il est représenté par la galerie Jousse Entreprise.

Il est aussi depuis 2001 responsable du Pavillon Neuflize OBC, laboratoire de création du Palais de Tokyo.

« Ange Leccia est un artiste majeur, l’un des pionniers français de l’art vidéo. Depuis le début des années 1980, la lumière et l’image, combinées à l’humain, sont la matière première de son œuvre. (…) Dans des dispositifs la plupart du temps d’une grande simplicité, loin de la superproduction afin d’être au plus proche du sujet, il enregistre la respiration, le battement des cils, une veine qui bat, des événements qui font l’être : des portraits justes, saisis, parfois volés en ce qu’ils saisissent l’être au-delà de sa conscience. Il devient celui qu’il est depuis, l’artiste qui regarde et retient les instants fugitifs dans une œuvre hypnotique souvent jusqu’au vertige, le vertige de la conscience du temps, de l’état instable et éphémère du monde et des êtres. Le souffle de la vie qui irrigue cette installation se lit et se ressent comme dans un carnet intime. Revenant à l’essence de son œuvre, à son caractère profondément intime, Ange Leccia trace ici des voies inédites entre réel et fiction. »

 Extraits du texte d'Alexia Fabre

 

CAFE DE FLORE : 172 BOULEVARD SAINT-GERMAIN, 75006 PARIS