Caroline Rennequin x Jérôme Dreyfuss, 2014 © Parcours Saint Germain

L'ART CONTEMPORAIN S'INVITE OÙ ON NE L'ATTEND PAS !

#ParcoursSaintGermain

A l’occasion de sa 18ème édition, le Parcours Saint-Germain investit les lieux emblématiques de ce quartier, où l’art est présent à chaque coin de rue. Boutiques de luxe, chocolatiers, places, cafés à l’image du Flore ou des Deux Magots... Dans leurs vitrines ou sur leurs murs, l’événement invite spécialistes et curieux à se balader pour découvrir sculptures, installations et œuvres picturales, déclinées cette année sur le thème « L’art de la forme ». Un événement orchestré par Alice Gotheil (Agence Flash), rejointe cette année par Emily Marant (Studio Marant).
Ensemble, elles ont choisi les lieux, structuré le Parcours autour de sa thématique et sélectionné les artistes exposés. Un casting soigneusement établi laissant s’exprimer aussi bien des artistes émergents que des figures établies.
Place Saint-Germain-des-Prés nous verrons cette année une sculpture d’Avelina Fuentes.
Composée d’imposantes formes géométriques, l’oeuvre en
aluminium poli représente les éléments de la nature et marque le point de départ de la promenade.
A travers une trentaine de lieux d’exposition, le Parcours Saint-Germain suscite des conversations entre les visiteurs et les œuvres.
Sa programmation invite à déambuler
dans les ruelles du quartier et découvrir l’art contemporain là où on ne le voit pas d’habitude, comme une chasse aux trésors. Un esprit curieux qu’entretient le Parcours Saint-Germain depuis sa création en 2000 par Anne-Pierre d’Albis qui investit des lieux mythiques et d’autres que l’on connaît moins.

LA 18ÈME ÉDITION DU PARCOURS SAINT-GERMAIN MET À L’HONNEUR « L’ART DE LA FORME ». LES FORMES SONT CELLES QUI DIFFÉRENCIENT L’ART DES MOTS, CRÉENT DES IMAGES ET SUGGÈRENT LE FOND.
L’histoire des formes est celle des artistes. En cela réside leur force, leur capacité à créer. Libre de tout mot, les artistes, dotés d’une hyper sensibilité aux choses qui les entourent, prennent pour palette l’ensemble des matériaux et objets qu’offre leur environnement pour créer ce qui ne s’énonce pas. Les raisons du passage à l’acte sont multiples : s’exprimer, témoigner, interroger, se guérir ; les artistes parviennent à faire surgir des images et des volumes dont eux seuls maîtrisent la genèse.
L’apparition des nouvelles matières, des plus palpables aux plus digitales donne lieu sans cesse à une appropriation de celle-ci par les plasticiens. L’artiste construit, déconstruit, explore les potentiels de la matière; forme, déforme pour produire des pièces informes, déformées, formidables. Désormais souveraines, les œuvres deviennent les inventaires silencieux des expérimentations, obsessions, combats des artistes. Abstraites, figuratives, polymorphes, hybrides, composites : voici qu’à leur tour, elles sont jugées et appréciées par leur représentation.
Les artistes ont leur propre vocabulaire formel. Notre monde est façonné d’un côté par les formes de l’existant produites par les enjeux d’usages et de l’autre côté, les formes des artistes. Les deux répertoires se répondent et s’inspirent mutuellement. Le Parcours Saint-Germain est l’écrin parfait pour révéler ces correspondances. Au travers des vitrines, suspendues dans les boutiques, au-dessus des banquettes des cafés mythiques, les visiteurs observeront bientôt ces œuvres. Face à elles, ils s’accorderont ce moment de contemplation, leurs regards portés sur ces formes jusqu’ici inconnues, atteignant peu à peu leur propre fond.

Texte de Elsa Janssen

Pauline Guerrier sur la Place Saint-Germain-des-Prés, 2017 © Parcours Saint Germain

Lieux participants en 2018

Les partenaires institutionnels

Les partenaires opérationnels